La renommée de ce rappeur venu d’Afrique de ‘Ouest n’est plus à faire. Créateur de tendances depuis ses débuts dans les années 90 avec son groupe Djanta Kan, agitateur des consciences aux côtés d’Awadi, FredyMasamba, Xuman… au sein du réseau AURA au début du millénaire, producteur de sens avec son album « Histoires d’un continent » coédité par RFI en 2012, initiateur d’échanges avec la création cette année de son centre culturel et son festival « Désenchaînés » à Agbodrafo au Togo. YaoBobby invente l’Afrohiphop. Plus qu’un style musical, c’est une identité enracinée dans le quotidien africain, un engagement tissé dans le combat des ancêtres, des mots dessinés au coupe-coupe, une voix portée par les flûtes kamou… YaoBobby est à la fois l’ancien qi fait voyager les palabres de nos villages et l’enfant qui porte les espoirs du continent noir. Son album « Afreekan Village » raconte et transmet, dénonce et reconstruit à travers ce rap qui nous Réapprend à Penser.